Nous sommes le 15 juin 1943; c'est au petit matin de cette chaude journ�e d'�t� que Huguette CLERC met au monde � la clinique de la Villa Marie Louise dans la cit� Malesherbes, un beau b�b� blond auquel elle donnera le pr�nom Jean-Philippe. Le p�re, L�on SMET, trop souvent absent, h�las, quittera d�finitivement le foyer en septembre 1944 apr�s avoir accompli les formalit�s administratives n�cessaires pour que le petit Jean-Philippe porte le nom Smet. Dans ce Paris d'apr�s-guerre, la vie est difficile et ne semble pas faire de cadeau � cet enfant qui vient de na�tre...
En Janvier 1944,
H�l�ne MAR, la s�ur a�n�e de son p�re gardera le petit Jean-Philippe et lui inculquera, � l'instar de ses enfants Desta et Menen, la passion du spectacle. Au printemps 1949, rencontre de Lee Ketcham qui int�grera la famille Mar � la grande joie de ses cousines. Il vient des �tats unis et a l'allure et la prestance d'un v�ritable Cow-Boy. Pour Jean-Philippe il jouera � la fois les r�les de p�re adoptif, de fr�re et de confident. En 1952, apr�s le d�part de sa cousine Menen qui quitte la famille pour aller vivre avec un chanteur am�ricain, Desta et Lee fondent le duo Les Hallidays et font une tourn�e triomphale en Europe gr�ce � un excellent num�ro visuel. Le jeune Jean-Philippe revient pendant quelques temps � Paris avec sa tante, et prends, famille d'artistes oblige, des cours de guitare, de chant et de danse. En 1954 il est s�lectionn� parmi des dizaines de jeunes candidats pour un r�le de figuration dans le film Les diaboliques r�alis� par H.G Clouzot. Il joue ce premier r�le aux c�t�s de Michel Serrault et Michel Galabru. Mais ce n'est qu'en juin 1956 que le jeune Jean-Philippe fait ses premiers v�ritables pas sur sc�ne. Il a 13 ans, et, c'est mort de trac qu'il affronte, fid�le � la devise de la famille "Plut�t crever que d'arr�ter" le public. Il se lance et chante quatre chansons f�tiches de l'�poque, Le petit cheval blanc de Brassens , Les cavaliers du ciel , Davy Crockett et L'abeille et le papillon d'un jeune auteur compositeur interpr�te nomm� Henri Salvador. En 1957, la tribu Halliday d�cide de s'installer d�finitivement dans l'appartement de la Trinit�, dans la capitale. C'est dans la m�me ann�e que sort dans son quartier le second film d'un acteur Am�ricain d�butant : Elvis Presley. Ce film, "Loving you" fit conna�tre en France le ph�nom�ne du Rock'n Roll, une danse qui faisait alors fureur outre-Atlantique. Ce fut le coup de foudre et une v�ritable r�v�lation pour le jeune Jean-Philippe. Le reste n'�tait plus qu'affaire de temps et de destin. En 1958, le jeune Smet rencontre Christian Blondiau, un grand gar�on filiforme qui se faisait appeler Long Chris par la bande de copains. Ce dernier le pr�sentera � Henri Leproux, le fondateur du fameux club de jeunes le "Golf Drouot" qui devint le bastion du rock de ces ann�es l�. Long Chris le pr�sentera �galement � Schmoll, un autre pote du nom de Claude Moine, qui deviendra plus tard Eddy Mitchell. Le jeune Jean-Philippe le connaissait d�j� pour lui avoir piqu� quelques disques dans une boum. Mais les d�buts sont difficiles pour ce jeune Rocker qui a beaucoup de mal � trouver des engagements et qui se fait copieusement siffler voire insulter les rares fois o� il arrive � finir sa chanson. C'est finalement � l'Astor, une boite du boulevard MontMartre qu'il r�ussit � d�clencher le d�lire dans la salle et que l'espoir rena�t enfin. Mais un Rocker qui se respecte a besoin d'un nom qui fait Am�ricain et il choisit celui de Johnny Halliday (toujours avec un i). Le 30 D�cembre, lors de l'enregistrement radiophonique de l'�mission "Paris Cocktail" il chante, �tonne et r�ussit � s�duire le public. Pr�sents ce jour l� dans la salle, deux paroliers : Jill et Jan qui lui proposent un �ventuel engagement� L'adolescent Johnny Halliday commence enfin � voir le bout du tunnel�
Apr�s un entretien chez vogue avec un bout d'essai, il enregistre le 16 f�vrier son premier 45 tours 4 titres :
T'aimer follement, Oh oh baby, Laisse les filles, j'�tais fou. Avant m�me la sortie du disque Johnny voit la publicit� et s'aper�oit que l'�diteur a fait une faute � son nom. Il a remplac� le I par un Y. Mais il est trop tard, d�sormais Hallyday s'�crira avec 2 Y. Le 14 mars 1960, son premier disque est mis en vente et en avril 1960, en direct sur Europe 1, Lucien Morisse, alors responsable de la programmation musicale de la station et animateur de l'�mission Le Discobole casse son disque et d�clare � l'antenne : c'est la premi�re et la derni�re fois de votre vie que vous entendez Johnny Hallyday. Ce f�t une erreur d'appr�ciation monumentale. Le 18 Avril de la m�me ann�e, le danseur que Line Renaud devait parrainer dans l'�mission L'�cole des vedettes tombe malade. Aim�e Mortimer, productrice de l'�mission, appelle le directeur artistique de Vogue et demande � ce que Johnny prenne la place du danseur malade. C'est donc ce 18 Avril que Johnny, mort de trac, se contentant de r�pondre � Line Renaud et � Aim�e Mortimer par 'oui ou non' comme un jeune d�butant, passe pour la premi�re fois dans une �mission de t�l�. Malgr� tout, son apparition � l'�mission fait grimper les ventes de disques de 30000 � 100000 exemplaires et il enregistre en mai 1960 un deuxi�me 45 tours comportant Souvenirs souvenirs, Je cherche une fille, Je suis mordu, Pourquoi cet amour. Entre-temps, Wolfson, le directeur artistique de Vogue lui trouve un impr�sario de choc : Georges Leroux. Le disque sort en juin et, gr�ce � Souvenirs, souvenirs, se vend comme des petits pains. Lire la suite Retour sommaire Johnny Hallyday

L'affiche du spectacle de danse
'Les Hallidays'

Premi�re photo
de Star

La pochette du premier
45 T sorti chez Vogue

Avec son copain
Long Chris

N'oubliez pas de visiter les sponsors de stiring.net !
________________________________________________________________
--> -->